Foire Chevaux Lessay 2012

Vivre les premières heures de la foire Sainte-Croix de Lessay est un moment à part. Récit...

8h15. C'est un "ancien" qui m'a dit d'arriver tôt pour éviter d'être coincé dans la circulation. Je l'ai écouté... Sauf qu'à une heure où certains sont encore sous la couette, a 1 km de Lessay, la circulation est déjà bien chargée et à 300 m des premiers parkings, c'est le bouchon ! Devant moi, une voiture est immatriculée dans l'Orne. A quelle heure se sont-ils levés ?

8h30. Grâce au professionnalisme, forgé par des années d'expérience, des placiers, je me retrouve finalement vite garé au milieu d'un champ, bien serré à la voiture de droite comme on me le demande, pour économiser de la place. Sûr, le beau temps aidant, il va y avoir du monde !

8h45. J'entre dans le foirail, l'antre de la foire, une immersion dans ce que la ruralité a de plus pittoresque. Ici, les chevaux côtoient les ânes, les poneys les biquettes. Et autour, il y a l'image immuable de cette roire millénaire : les "casquettes" ! La "gâpette" solidement vissée sur le crâne, ils se déplacent avec leur gros bâtons et jaugent d'un coup d'oeil expert la qualité de l'équidé. Je slalome entre les bouses et une effluve de grillade vient à mon nez. Il y en a déjà qui attendent pour croquer dans la saucisse. Un peut trop tôt pour moi... Un vendeur de cheval et un visiteur se tapent dans la main. La vente est faite, à l'ancienne !

9h30. Je quitte le foirail et m'engouffre dans le dédale d'allées. Malgré l'heure, le nombre de personnes à déambuler monte crescendo. L'affluence est encore plus nette à l'endroit qui accueille un des grands classiques de la foire : le marché aux chiens. Un peu plus loin, un attroupement se forme autour d'un stand. Derrière son étal, le vendeur vante les mérites de son épluche-légume. Il interpelle les passants, prend à témoin ceux qui s'arrêtent, fait vibrer la fibre humoristique, a un mot gentil pour l'épouse de Monsieur et réussi à vendre son objet. Le bagout des camelots, incomparable...

10h. Finalement, l'odeur de la saucisse qui me donnait des nausées une heure avant, flatte cette fois-ci mes papilles. La saucisse brûlante arrive rapidement dans le morceau de pain. Ca creuse la foire !

10h30. L'inauguration officielle va démarrer. Dans un long cortège, élus et responsables administratifs vont déambuler dans toutes les allées de la Grand'Lande. Préfet, président de la région, président du conseil général, député, sénateur, les principales personnailtés bas-normandes sont là, signe de l'importance de l'événement.

11h15. Je croise une des trois jeunes filles qui distribuent le supplément "spécial foire" édité par La Manche Libre (notre photo ci-dessous). Le soleil commence à taper, elle commence à avoir bien chaud sous sa casquette...

11 h 30. Pour rejoindre ma voiture en passant par l'allée principale, je suis ralenti. La foule arrive, de plus en plus compacte. En repartant, je longe plus de 5 kms de bouchons en sens inverse. Pourtant, cette foire de trois jours n'a que quelques heures. Sûr qu'on se dirige vers un grand cru.

Découvrez tous nos articles sur la foire et ses coulisses et des portraits dans notre page spéciale

A retrouvez également en supplément dans votre édition de La Manche Libre déjà en kiosque.

Galerie photos


La Foire Sainte Croix aura lieu les 7, 8 et 9 septembre 2012 

Comme autrefois, des milliers de visiteurs convergent vers Lessay le deuxième week-end de septembre à la rencontre des exposants, commerçants, entreprises et industriels forains, rassemblés sur les trente hectares qui leurs sont dévolus pour commercer.

Les visiteurs de la Sainte-Croix stationnent leur véhicule sur trente autres hectares de terrains communaux et privés organisés en parkings.
La blaude n’est plus l’habit de rigueur sur le foirail, les bonnettes Normandes ont disparu, la foire Sainte-Croix est résolument moderne, toujours tournée vers l’avenir.
Ce grand rendez-vous a cette particularité de rassembler environ 350 000 visiteurs de tous horizons pour un moment des plus festifs de la région et d’apporter au département de la Manche une grande vitrine économique dont il est presque impossible d’en énumérer la diversité.
La foire débute le vendredi avec la traditionnelle inauguration en présence de monsieur le Préfet de la Manche, et de nombreux élus : le président de Région, le président du conseil général de la Manche, conseillers généraux, député et sénateur, maires…et responsables départementaux des services de l’Etat.
Le cortège officiel emmené par les gendarmes de la Garde Républicaine va à la rencontre des exposants, environ 1500 qui viennent de toutes les régions France.
La foire Sainte Croix comporte la plus belle exposition de matériel agricole du département de la Manche, de par son importance elle est le rendez-vous incontournable des fabricants et des agriculteurs.
On achète le dernier modèle de tracteur ou la plus grosse ensileuse à maïs…
Le vendredi matin plus de 1000 chevaux sont présentés à la vente sur le foirail par les éleveurs de Basse Normandie ; les acheteurs locaux, mais aussi des acheteurs qui viennent de pays voisins, discutent, négocient les prix, à l’heure du « NET » on tape encore dans la main pour sceller l’affaire!
Cette année plusieurs associations d’éleveurs mettent en place une exposition de chevaux (Cobs Normands, Percherons, des poneys de sport, chevaux Anglo-arabes), elle sera complétée d’animations liées au cheval ; elle durera les trois jours de la foire Sainte-Croix, à l’instar du concours départemental de l’élevage organisé depuis une décennie à la foire de Lessay par les éleveurs de bovins et ovins de la Manche, avec le soutien du contrôle laitier de la chambre d’agriculture et de nombreux partenaires.
Les éleveurs regroupent sous un hall construit à ce effet 350 bovins, les plus beaux du département de la Manche représentant les races Normande, Salers, Blonde d’Aquitaine, Prim’holstein, Montbéliarde …certains animaux sélectionnés vont concourir ensuite au salon international de l’élevage à Rennes (le SPACE) et au salon de l’agriculture à Paris.
Les trois races ovines de la Manche sont présentes : l’Avranchin, le Cotentin et le roussin de la Hague qui avait un espace dédié au concours de Rennes en 2009.
A Lessay, durant trois jours c’est une ferme géante qui vit sur le champ de foire, elle met à l’honneur les Paysans et leur savoir faire en matière de génétique bovine.
Juste à côté du festival départemental de l’élevage bovin, c’est la foire aux chiens, pédigrée obligatoire ; des milliers de visiteurs arpentent les allées de ce secteur pour trouver le chiot qu’on cherche ou tout simplement c’est le coup foudre pour l’un deux.
Une rue incontournable où les 350 000 visiteurs de la foire se restaureront, c’est la rue des rôtisseurs haute en couleurs et en odeurs, on embroche gigots et épaules de mouton pour les griller au feu de bois, en plein air comme depuis plusieurs siècles.
Et il y a tous ces commerçants et leurs étals où chacun achète les ingrédients d’un bon repas traditionnel de la foire Sainte-Croix (le mouton grillé, les frites, le camembert REO au lait cru fabriqué à Lessay, le melon et le raisin…)
Après on s’installe sous les grands chapiteaux et l’on déguste en famille et entre amis toutes ces victuailles du terroir, un moment de convivialité exceptionnel pour les fidèles de la foire Sainte-Croix et inoubliable pour ceux qui découvrent pour la première fois cette ambiance unique en Normandie.
Pendant trois jours qui se prolongent la nuit avec la fête foraine aux milles lumières, Lessay et la Sainte Croix forment une autre planète où les gens se donnent rendez-vous pour être ailleurs…

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *